Home arrow L'esprit Mélin arrow l'esprit Mélin
 
l'esprit Mélin Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 Image

       Dans un article du "Mélinois" le périodique  de la maison, un nouveau venu aux ATELIERS MELIN décrivait de la façon suivante l'atmosphère de la maison. "Pour ceux qui y entrent, MELIN est un nom qui disparaît pour faire place à un prénom, quelqu'un avec un coeur,épaulé par des hommes de valeur; une entreprise qui a une âme collective, des traditions s'alliant harmonieusement à des innovations"  

      Quels étaient les supports de cet esprit Mélinois ?

D'abord son créateur   EDOUARD  MELIN qui savait multiplier les occasions d'être au milieu de ses ouvriers, de leur parler simplement, en camarade. 

C'est ensuite l'Amicale qui regroupait tous les Mélinois en une œuvre d’entraide : caisse mutuelle de secours, organisation de petites fêtes réunissant dans une même ambiance fraternelle employés, ouvriers et leurs familles, patronage, coopérative etc...

 Ce fut la mise en place de certaines innovations sociales tel « Le bon de travail MELIN » les porteurs de ces bons pouvaient les échanger à l'intérieur de l'entreprise contre de l’argent. 

 La création d’un centre de formation utile aux ouvriers, enfants d’ouvriers, mais aussi aux clients de l’époque (formation à la conduite de tracteur, à la mécanique du moteur diesel etc..) en liaison avec des publications  aux Editions «   LA TERRE LIBERATRICE »  fondées par E. MELIN.

LES CONFERENCES DES CHEFS DE SERVICE:

          Ces conférences qui réunissaient   tous les 15 jours ce qu’on appelle "le comité de Direction" (C.D.D.) étaient  plus qu'un instrument  d'administration indispensable dans une entreprise géographiquement décentralisée  comme celle-ci.

 Le patron savait profiter de cette occasion qui réunissait ses principaux collaborateurs pour traiter avec eux de sujets simplement humains sans rapport direct avec le "Service".

LE PERIODIQUE :

     De tous les instruments qui contribuaient à élargir les pensées des employés vers l’ensemble de l'entreprise, le périodique de la maison avait son importance.

La parution de ce bulletin que l’on appelait « le courrier du Mélinois » ou plus simplement, « Le Mélinois »était  attendue chaque mois avec une Impatience partagée  par tous.

Ses colonnes étaient ouvertes à chacun et l’on pouvait y traiter les sujets les plus généraux. Toutefois certaines chroniques étaient obligatoires :

-les informations sociales et familiales qui intéressaient toute la communauté,

-les extraits du procès verbal des séances du Comité d’Entreprise,

-les Informations professionnelles y compris des cours de mécanique,

-le tableau des bonis réalisés par les différentes équipes en application du système de rémunération,

-les rapports des stages effectués à tour de rôle par les  ouvriers au Comité des Prix,

-les comptes rendus des représentants des ouvriers au CDD,

-les comptes-rendus de l'activité de  l’Amicale, des petites  fêtes organisées par elle, de  cérémonies officielles,

-les maximes, les petites bandes dessinées et textes humoristiques,

« L'ARTISANAT DIRIGE »:

   Le principe du système appliqué aux ATELIERS MELIN consistait essentiellement à payer au personnel la totalité de  l'accroissement des bénéfices réalisés tant par l'amé­lioration du rendement, que par les économies de toute nature effectuées par ce personnel (voir article spécifique).

MAIS L'ESPRIT MELIN C'EST AUSSI :

- Ce poême de Rudyard Kipling diffusé dans l'entreprise , pour ses employés et surtout les enfants de ceux-ci et que son propre fils devait connaître par coeur:  

 

 

SI TU PEUX GARDER TON SANG - FROID LORSQUE  AUTOUR DE TOI

CHACUN LE PERD ET T’EN REND RESPONSABLE;

SI TU PEUX GARDER LA CONFIANCE EN TOI, ALORS QUE CHACUN DOUTE DE TOI

 ET CEPENDANT DEMEURER INDULGENT;

SI TU SAIS ATTENDRE SANS TE LASSER D' ATTENDRE;

SI, ALORS QUE L’ON MENT À TON SUJET, TU NE MENS PAS;

 SI, ÉTANT HAÏ, TU NE HAIS POINT,

SANS PRENDRE L'AIR TROP SAGE, NI TROP BON;

SI TU PEUX RÊVER SANS QUE LE RÊVE SOIT TON MAÎTRE;

SI TU SAIS PENSER ET ALLER PLUS LOIN QUE LA PENSÉE;

SI TU PEUX RENCONTRER LE TRIOMPHE ET LE DÉSASTRE

 EN TRAITANT CES DEUX IMPOSTEURS PAREILLEMENT;

SI TU PEUX ENDURER D’ENTENDRE LA VÉRITÉ QUE TU AS DITE

 TORDUE PAR DES MANANTS POUR SERVIR DE PIÈGE AUX INSENSÉS,

OU VOIR LES CHOSES AUXQUELLES TU AS DONNÉ LA VIE ÊTRE BRISÉES

ET TE BAISSER POUR LES RECONSTRUIRE AVEC DES OUTILS USÉS;

 SI TU PEUX RASSEMBLER TOUT CE QUE TU AS ACQUIS,

 ET LE JOUER EN UN TOUR DE PILE OU FACE,

 PERDRE, ET RECOMMENCER AU POINT D’OÙ TU ÉTAIS PARTI,

SANS JAMAIS EN SOUFFLER MOT À    AUTRUI  

SI TU PEUX EXIGER DE TON COEUR, DE TES NERFS, DE TES MUSCLES,

 DE TE SERVIR LORSQU ' ILS SONT EXTÉNUÉS,

ET TENIR AINSI, N'AYANT PLUS DE FORCE

SI CE N'EST CELLE DE LA VOLONTÉ QUI LEUR DIT " TENEZ BON ";

 SI TU PEUX PARLER AUX FOULES ET GARDER TA VERTU,

 OU MARCHER AVEC LES ROIS - SANS PERDRE L'ACCENT DU PEUPLE;

 SI, NI TES ENNEMIS, NI TES AMIS NE PEUVENT TE BLESSER;

 SI CHAQUE HOMME COMPTE POUR TOI, MAIS AUCUN DE TROP;

 SI TU PEUX REMPLIR L'IMPITOYABLE MINUTE

 PAR SOIXANTE SECONDES DE TRAVAIL ACCOMPLI,

 LE MONDE T' APPARTIENT EN ENTIER,

ET - CE QUI VAUT MIEUX - TU SERAS UN HOMME MON FILS

RUDYARD KIPLING



 



 
< Précédent