Home arrow Le Courrier du Mélinois arrow Le courrier du Mélinois N°15 1947
 
Le courrier du Mélinois N°15 1947 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

LE COURRIER DU MELINOIS

N° 15  Décembre 1947

SOMMAIRE

- Le mot du Patron : « Lettre aux jeunes ».

- NOEL : de M. Andrillon

-  Instructions pratiques concernant la réparation dans les ateliers : par Lucien MELIN mécanicien à S.R.T et Maurice Bernier stagiaire.

- Dans les familles Mélinoises :(naissances, mariages).

- La saint Edouard : remerciements du patron aux employés.

- La Saint-Eloi 1947 « grève de 2 heures aux Ateliers Mélin » : récit de A. Bauchart.

- Bande dessinée : « C’Grand Gars du Mélinos ».

- Un peu d’humour : histoires drôles.

- Maximes : de Franklin, H. Dubreuil.

- Compte-rendu du représentant du comité d’Entreprise à l’Assemblée générale du 25 novembre 1947 par M. Leroy 

- Vos droits, vos devoirs : Allocations Familiales Prénatales : par J. Aron.

- Réunion du Comité d’entreprise du mois de décembre 1947  par P. Leroy

- Tableau des rémunérations : Octobre 1948.

 - Mécanique : le moteur à 2 temps semi - diesel : par A. Poterlot

 

TEXTES: 

Courrier du Mélinois N° 15 Décembre 1947
NOËL
Arbres sans feuilles, bise aigre, ciel gris, silence ouaté, cheminées qui fument, c'est le cadre habituel du temps de Noël.
Noël, avec ses rêves d'enfants, peuplés de jouets merveil­leux. Noël, avec son mystère, sa joie universelle, son im­mense espérance, son émotion renouvelée.
Demain, en effet, ce sera la joie partout, dans toutes les nations, dans toutes les villes et villages, dans toutes les demeures. Partout, des petits enfants seront ravis et leurs parents retrouveront au fond de leur coeur l'indicible satis­faction de leur enfance.
Noël parcourt la terre et lui procure un temps de bonheur et je souhaite de tout coeur que le message de ce jour de Paix nous aide à mieux supporter les difficultés, les luttes, les aléas, les soucis qui sont un peu le lot de toutes les existences et de toutes les années.
Noël, c'est la fête de la joie, de l'attente, de l'espérance ; c'est aussi la fête de la réconciliation, et c'est sur ce sens particulier que je voudrais insister dans cet article.
Notre pays souffre de divisions certaines et profondes. Les différentes classes sociales sont opposées, les partis, les groupements se comptent, se dénombrent, se pèsent et incli­nent tous à jouer aux colosses. Au lieu de s'unir, les forces en présence rivalisent, se combattent et gaspillent en des luttes stériles le meilleur de leur temps.
Ce déséquilibre prolongé est- il la méthode idéale pour relever notre pays, pour redresser son économie, rééquiper l'industrie, moderniser les exploitations agricoles, reconstituer nos stocks ?
Allons-nous enfin cesser de nous quereller sur des points de pure idéologie qui n'intéressent pas la vie véritable de la nation et des familles qui la composent ?
Si nous voulons retrouver notre prospérité d'antan, ne devons-nous pas nous unir, afin de nous livrer à un travail fécond, à des besognes saines et utiles, capables d'apporter dans notre pays, dans nos foyers, la joie et l'abondance ?
C'est pourquoi il est si nécessaire de répandre partout le message de réconciliation de Noël et de le vivre.
Les disputes auxquelles certains prennent part me font penser à l'Apologue d'Esope :
« Six aveugles nés sont conduits devant un éléphant.
Qu'est-ce qu'un éléphant ? leur demande-t-on ensuite.
- C'est une trompe, dit l'un.
- C'est une défense, dit l'autre.
- C'est une queue, une patte, suivant ce qu'ils avaient touché.
Puis, par amour de la vérité, ils s'entre-tuèrent ».
L'aspiration au travail, au bonheur, à la sécurité, à la paix, est bien ancrée dans le coeur des hommes, et toutes les formules que les leaders politiques nous proposent ten­dent à réaliser cet appétit de bonheur.
Les uns et les autres nous assurent qu'ils possèdent le secret absolu, définitif, infaillible pour y arriver. Ils nous montrent leur « éléphant », mais, hélas, ne sommes-nous pas, nous, les « aveugles » d'Esope, et quand nous aurons palpé l'animal, n'allons-nous pas nous livrer à une grande bousculade ?
Prenons garde, en effet, aux mirages et à ses consé­quences.
Il me semble, quant à moi, que le mot « politique » est maintenant une expression grecque dévoyée. A en croire cer­tains le retour à l'équilibre réside dans l'application d'une formule, d'un programme, d'un règlement. Je ne crois pas que « la chose publique » puisse se bien porter à coup de programme. Je ne crois pas à la magie.
    Par contre, je suis convaincu qu’une large union et une réconciliation totale, dans un esprit de profonde tolérance, non pas autour d'une formule plus ou moins idéale, mais pour travailler librement, produire sans contrainte, et être associé à la prospérité matérielle de l'entreprise, résoudra nos immenses difficultés.
Au lieu d'une théorie abstraite, il vaut mieux parler d'effort concret et constructif.
Par ailleurs, il n'est pas possible de bâtir dans l'agita­tion et la haine. C'est pourquoi le message de réconciliation de Noël doit être répandu avec force et persévérance, afin d’obtenir cette Paix véritable et nécessaire, promise « aux hommes de bonne volonté ».   

 

Instructions pratiques concernant la réparation dans les ateliers

Nous sommes heureux de publier un article rédigé par MM. Lucien MELIN, mécanicien à S.R.T. et  Maurice BER­NIER, stagiaire.

Les renseignements techniques de cet article ont été mis au point par M. A. BAUCHART et nous félicitons vivement les auteurs pour la clarté et la précision de leur texte.

Depuis la création du «  Courrier du Mélinois », M. EDOUARD souhaite que tous !es membres du personnel, ou­vriers et employés exposent leurs connaissances professionnelles dans leur journal, afin d'en faire profiter tous les lecteurs.

MM. Lucien MELIN et BERNIER, nous en sommes sûrs, auront donné, à cet égard,

l'impulsion nécessaire, et nous sou­lignons particulièrement leur suggestion, à savoir, que les so­lutions de problèmes délicats de réglage et de réparations soient communiquées au « Courrier du Mélinois » pour les faire connaître à tous.

Chacun de vous a un point de vue à développer sur tel ou tel aspect de son métier, de sa fonction. Qu’il  l'expose en toute simplicité.

C'est ainsi que le «  Courrier du Mélinois » deviendra une tribune toujours plus vivante et plus utile.

Nous remercions d'avance tous nos camarades qui vou­dront bien adresser à la rédaction du journal, leur copie.

*****

L’ article :

Afin d'éviter à l'ouvrier de perdre du temps pendant son travail, en feuilletant les instructions relatives au réglage de certains appareils, il serait peut-être utile d'afficher dans les ateliers des tableaux concernant les renseignements essentiels.

En outre, il arrive bien souvent que, faute de données précises, certaines pannes mettent l'ouvrier dans l'embarras.

Lorsqu'un tel cas se présente, ne pourrait-il être signalé immédiatement à un de nos spécialistes du siège. Une fois la solution trouvée, celle-ci pourrait être communiquée à tous les centres par la voix du « Courrier du Mélinois ». Les ouvriers, qui ont à coeur de bien faire leur métier, verraient ainsi s’ac­croître leurs connaissances professionnelles et les encourage­raient à signaler à leurs camarades les difficultés qu'ils ont été amenés à résoudre.

 

Voici, à titre d'exemple, un tableau résumant les observa­tions concernant le réglage des ressorts de régulateur de dif­férents traceurs « Lanz ».

REGIME SUIVANT TYPE ET PUISSANCE

Semi -diesel du « LANZ »

TYPE

Vitesse aux différents régimes

Vitesse aux différents régimes

Nombres de tours à l’injecteur

Nombres de tours à l’injecteur

 

Vitesse normale

Ralenti non utilisé en travail

A vide et départ

En charge et à vide

12/20

15/30

22/38

22/38

 

 

20 C.V.

25 C.V.

35 C.V.

45 C.V.

55 C.V.  

type

armée

 55 C.V.  

 38/44

760

540

540

630 (1)

 

 

760

800

640

650

780

 

 

750       

 630 (1) 

 

 

 

 

540 (ralenti

utilisé en

    travail)

300

   300    

    300

    300

    300

 

 

300

540 (ralenti utilisé en travail)

Au gas-oil . 2 tours en charge.

 

 

 

A l'essence : 0 mise en route. Démar . élec­trique au gas­oil,

mot. chaud marche à vi­de : 4.

 

 

Gas-oil : 1/4 tour approxi­matif.

 

 

 

12/20 - 15/30 et 22/28 - 25 C.V.

35 C.V. - 45 C.V., 55 C.V., à vide trois tours.

 

(1) Vitesse obtenue par augmentation de l'injection. Levier des gaz à partir de la quatrième graduation (régulateur à double régime - ressorts à lames - vitesse normale, 540 t.

N.B. - Le réglage s'effectue uniquement sur le ressort de marche 0 = 10 mm.

Ces côtes sont valables pour un certain état du matériel. Elles peuvent varier avec la fatigue et la température am­biante.

EXEMPLE D'UNE QUESTION POSEE AU SIEGE :

 Quel est le diamètre à donner à un volant de batteuse pour obtenir la vitesse indiquée ?

Le diamètre de la poulie à prévoir sur une machine

varie avec la vitesse et se calcule comme suit :

 Diamètre poulie batteuse (DpB)

        »           »        tracteur  (DpT)

Tours-minute batteuse                 (TmB)

          »          tracteur                     (TmT)

 DpB x TmB = DpT x TmT.

Si l'on veut connaître le diamètre de la poulie batteuse :

 DpB = DpT x TmT

                  TmB

Poulie tracteur 600 t. diamètre 540 m/m. :

 Batt. 950 = poulie diamètre = 340

 Batt. 1.000                                 320

  Batt. 1.150                                 280

 Presse à paille 217 =      1.500

Lucien MELIN. mécanicien à S.R.T.

et Maurice BERNIER, stagiaire.

 
< Précédent   Suivant >